14avril2011

Isildur1 démontre son talent au SuperStar Showdown

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Poker.

Le 10 avril, Viktor « Isildur1″ Blom a remporté son match SuperStar Showdown de PokerStars, contre Scott « urnotindangr » Palmer. Pour la deuxième partie de la confrontation, Blom a remporté 66.607$, restant avec un bénéfice d’un peu plus de 61,000$ pour les deux parties de la rencontre.

Dans l’ensemble, Blom a remporté tous les matchs de la série à l’exception du premier, où son adversaire a été Isaac Haxton. Blom a aussi perdu une partie de ses rencontres contre Palmer et Daniel Negreanu, mais ces deux confrontations ont été divisées en deux parties, et à la fin des deux épreuves de force, Blom était en tête du classement général.

Le SuperStar Showdown est une série de concours où le protagoniste Blom combat d’autres joueurs, pour des enjeux élevés. Chaque match se joue à quatre tables, avec des blinds minimum de 50 $ / 100 $; tous les matchs comprennent la version de poker no-limit hold’em, même si chaque rencontre peut également inclure jusqu’à 50% des mains dans le format pot limit Omaha.

En tout, chaque match compte 2.500 mains, à moins que les deux joueurs perdent le gros blind entier – chose qui n’est arrivée qu’une fois, à Negreanu. Les matchs entre Negreanu et Palmer ont eu la durée double, s’étendant sur deux jours, pour un total de 5.000 mains.

Par la victoire face à Palmer, Blom a atteint le record de 6-1 de la série SuperStar Showdown. A la suite de la perte devant Haxton, Blom compte six victoires consécutives, la plupart par de grandes marges; le match le plus serré s’est déroulé contre un joueur qualifié en ligne.

Le SuperStar Showdown a lieu sur PokerStars. Le prochain adversaire de Blom n’a pas encore été annoncé.

0 

29mars2011

La CE publie le Livre Vert du jeu en ligne

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Législation jeux; Paris en ligne.

La Commission européenne a enfin publié le Livre Vert du jeu en ligne, lançant une vaste consultation sur tous les défis de politique publique et les éventuelles questions liées à un potentiel marché unique.

Dans l’avenir, le Livre Vert pourrait aboutir à des directives européennes censées réglementer clairement le marché. Le document vise à recueillir les opinions de toutes les parties intéressées aux services de jeux en ligne.

Longtemps, en vertu des législations nationales, les divers pays ont évincé les sociétés agréées dans d’autres pays membres de l’UE, sous le motif que leurs licences n’étaient pas valables dans leur juridiction. Puisque le marché est transfrontalier, une régulation globale est nécessaire.

Dans un communiqué de presse, l’Association européenne des jeux et paris (EGBA), a souligné l’importance de la régulation du marché. Toutefois, on y note que la fragmentation du marché commun est toujours un danger.

Le marché des jeux en ligne est le segment le plus dynamique de l’ensemble du marché des jeux. Les revenus annuels dans le secteur devraient augmenter à 9.08 milliards € cette année (2011).

Le Livre Vert explique qu’il existe actuellement deux modèles de cadre réglementaire national appliqué dans le domaine des jeux de hasard. L’un se concentre sur les opérateurs titulaires de licence offrant des services dans un cadre strictement réglementé et l’autre sur un monopole strictement contrôlé (appartenant à l’État ou non).

Ces deux modèles co-existent dans le marché intérieur européen. Le développement d’Internet et l’offre accrue de services de jeux en ligne ont rendu plus difficile pour les différents modèles nationaux de réglementation à co-exister. Les défis posés par la coexistence des différents modèles de réglementation sont illustrés par le nombre de décisions préliminaires dans ce domaine, ainsi que par le développement des marchés « gris » dans les Etats membres.

Par conséquent, il devient de plus en plus difficile à appliquer les règles nationales. D’où, la nécessité d’améliorer la coopération administrative entre les autorités nationales compétentes.

En outre, sur 14.823 sites de jeu actifs en Europe, plus de 85% sont exploités sans licence.

La Commission a l’intention d’épuiser un certain nombre de questions liées aux effets du développement des jeux en ligne, afin d’avoir une image complète de la situation existante. Cela va faciliter l’échange de pratiques entre les Etats membres et déterminer si les différents modèles nationaux de réglementation des jeux de hasard peuvent continuer à coexister.

Cette consultation répond également à une série de conclusions de la présidence de l’UE (2008-2010) et à la résolution du Parlement européen sur l’intégrité des jeux de hasard en ligne (2009).

0 

9mars2011

Sportingbet va demander des licences en Grèce et en Espagne

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Paris en ligne.

Dans un effort de maintenir sa position de leader sur les marchés de Grèce et d’Espagne, Sportingbet va demander des licences dans ces pays après que les processus de réglementation auront été achevés plus tard cette année.

Même si les deux pays européens souffrent économiquement, ils sont parmi les principaux marchés de la société, à côté de l’Australie. La Grèce représente pour Sportingbet 15% de son chiffre d’affaires.

« Nous n’avons pas sorti de l’Australie depuis que le pays a réglementé les jeux en 2008. Nous avons été le leader du marché avant et nous le sommes toujours », a dit le CEO du groupe, Andrew McIver. « La Grèce et l’Espagne vont probablement avoir leur législation bientôt. Ce sont aussi des lieux où nous sommes leaders sur le marché, donc nous y demanderons des licences. »

L’Australie a été le marché principal de Sportingbet, avec des recettes nettes en hausse de 73% au cours du deuxième trimestre. Par comparaison, les montants misés en Europe ont augmenté dans la même période de 25%.

En 2010, Sportingbet s’est retiré des marchés français et norvégien, premièrement à cause des taxes prohibitives et deuxièmement, parce qu’il aurait été illégal pour eux de continuer à fonctionner sans licence. McIver est convaincu que l’absence de ces marchés n’aura pas un impact négatif à long terme.

« De toute façon, en France nous n’étions que le numéro 10 et le système d’imposition nous ferait la vie dure – il suffit de demander nos collègues de Betclic » a déclaré McIver. « La Norvège a fourni moins de 1% de nos recettes nettes, ce serait illégal de continuer et c’est la vraie raison de notre abandon. »

La croissance enregistrée pour les paris sportifs a été aidée par la hausse de la plate-forme mobile de la société – lancée seulement il y a neuf mois dans de nombreux pays – et une croissance de 27% des paris en direct.

« Notre objectif au cours des quatre dernières années a été d’offrir aux gens la possibilité de parier sur quelque chose à chaque heure de chaque jour et notre rendement par client actif a augmenté chaque trimestre », a déclaré McIver. « Le football est toujours le plus populaire, mais de basket-ball gagne en popularité, et les zones de croissance sont notamment la Russie et l’Europe de l’Est. »

Il a dit que Sportingbet avait aussi une stratégie pour la Russie, étant déjà dans une  co-entreprise avec Liga Stavok.

McIver a ajouté qu’il n’y avait eu aucun progrès vers de nouvelles fusions ou acquisitions en Europe, depuis que les discussions avec Unibet avaient été délaissées à la fin de 2010.

0 

16février2011

Les vedettes de Hollywood se rassemblent dans un film sur le gambling

Posté par corinne dans la catégorie Actualités.

Le monde du jeu sur Internet sera bientôt présenté dans un film réalisé à Hollywood. « Lay the Favorite, Take the Dog » sera un film inspiré du livre de Beth Raymer, qui raconte à la fois le développement des paris sur Internet à la fin des années 1990 et l’ascension de l’auteur elle-même au sommet des jeux en ligne. Maintenant, cette histoire complexe sera transformée en un film par la célèbre société de production Focus Films.

Le livre autobiographique de Raymer parle d’une serveuse de cocktails et d’un ancien groupe de geeks experts en mathématiques, qui trouvent une façon de manipuler le système de paris sportifs à leur avantage. En conséquence, ils deviennent les plus grands bookmakers de Las Vegas. L’adaptation au cinéma conservera cette trame.

La distribution du film est partiellement connue. Bruce Willis interprétera le rôle de Dink, un joueur professionnel malchanceux. Catherine Zeta-Jones pourrait apparaître dans le rôle de la femme de Willis et Justin Timberlake pourrait jouer un bookmaker de Long Island, qui exploite un site de paris.

Lors d’une récente Q & A, le réalisateur Frears Steven a dit que le film était en danger de ne pas être mis en scène parce que le studio avait jugé nécessaire qu’il y ait plus de noms célèbres.

Heureusement, les choses vont bien, parce que plusieurs des plus grands noms d’Hollywood envisagent un rôle dans le film. Les performances de Timberlake dans la critique dans des films comme Alpha Dog et The Social Network ont fait de lui l’un des plus recherchés talents à Hollywood. Zeta-Jones, qui a remporté un Oscar pour sa performance dans le film Chicago, est prête à faire un retour en force.

0 

23novembre2010

Loto-Québec crée l’Espacejeux pour les joueurs en ligne

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Législation jeux; Paris en ligne.

Loto-Québec, l’autorité officielle qui réglemente le jeu dans la province canadienne, a lancé son propre site de jeux en ligne le 19 novembre 2010. Sur le nouveau Espacejeux, les Québecois pourront jouer au poker, jeux de table, machines à sous et à d’autres jeux favoris.

Cependant, cela n’est possible qu’à partir du 1er décembre, mais les joueurs peuvent commencer à s’enregistrer pour devenir membres. Le site sera disponible 24 heures par jour et donnera accès aux joueurs d’âge adulte de Québec.

Le site est conçu comme une alternative légale aux milliers de sites de jeu non réglementés à la disposition des résidents du Québec.

« C’est un meilleur modèle d’alternative responsable », a déclaré Alain Cousineau, chef de la direction de Loto-Québec.

L’une des préoccupations majeures des opérateurs de sites de jeu est de déterminer un moyen efficace pour empêcher les mineurs d’y jouer. Cela a été une préoccupation particulière pour Loto-Québec, puisque les cartes de crédit et de débit peuvent être utilisées pour financer les comptes sur Espacedejeux.

Toutefois, Loto-Québec a la confiance qu’ils seront en mesure de permettre l’accès sur le site aux adultes seulement. Les procédures à suivre pour jouer sur le site ne sont pas compliquées et devraient empêcher les mineurs de voler des informations de leurs parents afin d’ouvrir des comptes à leur insu.

Les questions sociales ont été l’un des points de friction pour tout système de jeu en ligne au Québec. La province a ouvert ce site tout en créant un comité consultatif dont le but est d’examiner les effets du jeu légal avant et pendant le fonctionnement du site. Certains critiques ont suggéré que le Québec exploiterait le site pour des raisons financières, en ignorant les problèmes subjacents. Alain Cousineau désavoue cette supposée motivation:

« La raison pour laquelle nous faisons cela n’est pas l’argent », dit Cousineau. « C’est parce que nous avons la responsabilité de le faire. Si l’Etat récupère une partie de l’argent y obtenu, plus grande sera notre joie ».

0 

12novembre2010

Le futur des jeux mobiles semble prometteur

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Jeux mobiles.

Les quatre prochaines années seront une période de croissance rapide pour les jeux mobiles, estiment les analystes.

Le marché s’est lentement développé, principalement en raison de l’incertitude quant à la future réglementation des jeux à distance et des paris en ligne. Quelques sociétés ont toutefois commencé à offrir des plateformes mobiles, prévoyant le développement sur ce segment de marché.

« Nous sommes très optimistes quant au potentiel des terminaux mobiles comme outils de jeu », a déclaré Simon Holliday, directeur de H2 Gambling Capital, une firme de  consultation et recherche basée à Londres. « Un certain nombre d’entreprises européennes obtiennent jusqu’à 15% de leurs revenus de cette source, en particulier ceux ayant des applications sur l’iPhone, iPad ou Android.

Récemment, American Wagering Inc. est entrée dans l’arène en lançant la première application pour sa franchise Leroy’s Sports Book. Le 10 novembre, International Game Technology a annoncé la création d’une division en ligne et mobile pour la compagnie.

« Notre application pour les paris mobiles a récemment été approuvée par la Commission de Jeux de Nevada », a déclaré John English, vice-président senior de American Wagering. « Pour le moment, elle est uniquement disponible sur le Blackberry. »

Les applications pour Android et iPhone sont encore à l’essai et ont besoin d’approbation. Elles seront probablement prêtes au début de l’année prochaine.

« La fusion de nos unités en ligne et mobiles sous la marque IGT renforcera notre position de leader des jeux interactifs », a apprécié Gideon Bierer, vice-président exécutif et chef de l’unité interactive d’IGT.

« Avec le progrès technologique et l’évolution du marché, nous sommes impatients d’accélérer l’innovation de produits et la croissance de nos activités interactives ».

«Les gens ont toujours aimé les jeux de hasard », a déclaré David G. Schwartz, directeur du Centre des Recherches de Jeux de l’Université de Nevada. « Les paris sportifs en profiteront le plus.  »

Au contraire, les jeux de casino comme les jeux de dés ou le blackjack attireront l’attention plus difficilement, pour la simple raison que « les joueurs aiment la sensation d’avoir les dés entre leurs mains ».

0 

22octobre2010

Le Jour du Jeu Responsable 2010

Posté par corinne dans la catégorie Actualités.

Depuis 2008, l’Association Européenne des Jeux et Paris (EGBA) organise Le Jour du Jeu Responsable (RGD – Responsible Gaming Day) chaque octobre. Cet événement réunit les diverses parties prenantes de l’industrie des jeux en ligne, tels que les représentants de l’UE et des gouvernements nationaux, opérateurs privés, universitaires et représentants des ONG – en tout, plus de 150 délégués. Le RDG 2010 a eu lieu le 13 octobre et les sujets abordés ont été l’Agenda Numérique et le Livre Vert pour le secteur des jeux.

Arrêtons-nous un peu sur ce dernier sujet. L’Agenda Numérique vise à créer une économie numérique unifiée en Europe, d’ici 2020. Il exige la libre circulation des services en ligne, dont les jeux en ligne. C’est précisément le message communiqué par Norbet Teufelberger, président de l’EGBA et co-PDG de Bwin. Les bonnes nouvelles, dit Teufelberger, est que près des deux tiers des Etats membres de l’UE sont à une certaine étape de la réforme de leurs marchés respectifs.

Certains, comme l’Italie, ont déjà un régime réglementé florissant. A l’autre extrémité est la Grèce, qui a reconnu la nécessité de la réglementation, mais n’a pas pris de mesures concrètes. Le problème est que de trop nombreux obstacles freinent encore l’offre ses services de jeux en ligne à travers les pays. Pour que ces barrières soient supprimées, dit Teufelberger, « les réglementations doivent être harmonisées ». Les consommateurs seront de cette façon pleinement protégés, où qu’ils jouent. « Le jeu en ligne est une activité transfrontalière et la protection des consommateurs doit aussi être appliquée au niveau transfrontalier. »

Simon Holliday a modéré la discussion sur le Livre Vert. Il est directeur de H2 Gambling Capital, le principal fournisseur de données concernant l’industrie mondiale des jeux, y compris les jeux sur Internet. Les données et les prévisions de H2 Gambling Capital sont devenues la norme de l’industrie.

S’exprimant sur le Livre Vert au nom de la Commission Européenne, Jean Bergevin a déclaré: « La Commission est décidée de procéder à une consultation objective et factuelle au plus tôt d’ici la fin de l’année, sous la forme d’un livre vert qui recueillera les informations nécessaires à trouver les systèmes les plus efficaces et cohérentes répondant aux objectifs d’intérêt public ».

La RGD a été hébergée par le Parlement européen. Timothy Kirkhope, député européen, a souligné dans le discours d’ouverture que l’Europe avait une occasion d’or d’établir des conditions égales pour un secteur qui a été aux prises avec un amalgame de règles différentes.

0 

13octobre2010

L’Arjel fait le premier bilan après l’ouverture

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Législation jeux.

La régulation du secteur des paris en ligne en France a atteint son objectif d’apporter l’activité à l’intérieur du pays. La déclaration a été faite par Jean-François Vilotte, le président de l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne, lors d’une conférence tenue le 11 octobre à Monaco. Toutefois, les chiffres montrent que le marché légal ne représente qu’un quart du marché d’avant l’ouverture.

Interrogé sur la valeur des enjeux pour le sport, le président de l’Arjel a déclaré: «La loi réglementant les paris sportifs en ligne n’a rien à voir avec les prélèvements fiscaux. Le but était de passer de l’illégalité à la demande légale, sans que cette demande explose. Nous n’avons pas voulu que l’activité devienne plus intense ou débordante. Nous sommes à jour avec ce que nous avons anticipé avant d’implémenter le système. Pour le gouvernement français, cela n’a jamais été une question de taxation. »

Vilotte a communiqué ces informations plus subjectives deux jours après que l’Arjel a publié les premiers chiffres apère l’ouverture. Ces chiffres ont révélé qu’un quart du marché français illégal, estimé à 1 milliard d’euros avant juin 2010, était devenu offre légale.

Selon les informations reçues par La Tribune de la source officielle Arjel, deux millions de comptes joueurs ont été ouverts depuis la libéralisation du marché. Les sites de paris sont visités hebdomadairement par 500,000 joueurs actifs, pariant en moyenne 100€ par semaine, soit des mises de 7€ sur les sports, les courses hippiques et le poker.

Mais alors que les courses hippiques correspondent aux prévisions, capturant 215 millions d’euros, les paris sur le football n’ont pas atteint le niveau prévu. Le PMU, le principal opérateur de paris hippiques de France, a capturé la majeure partie des profits d’un marché que Vilotte a décrit comme « n’ayant pas la même fragmentation que les paris sportifs ». Les paris sur le football ont représenté 56% des paris sportifs sur la période de quatre mois écoulés, alors que l’Arjel s’attendait à une proportion de 70% à 80%. Le marché a brusquement assoupi après l’élimination de l’équipe nationale de la Coupe du Monde d’Afrique du Sud.

Les nouveaux entrants sur le marché ne se sont pas pourtant pressés de participer au dialogue centré sur l’intégrité du sport après la légalisation des paris sportifs en ligne. Parmi les invités présents, il y a eu le président de la Française de Jeux, Christophe Blanchard-Dignac, le directeur des Relations Publiques du  Pari Mutuel Urbain, Benoit Cornu, le président de l’Association Française de Jeux olympiques, Denis Masseglia, et Francesco Ricci Bitti de la Fédération internationale de tennis.

Christophe Blot, le directeur de SAJOO, a pris note de l’absence tape-à-l’oeil de ses collègues: « C’est un nouveau marché, donc il aurait été logique que les nouveaux opérateurs donnent leurs avis pour les comparer à celles des opérateurs traditionnels ».

0 

27septembre2010

La Belgique, sur la voie de la légalisation

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Législation jeux; Paris en ligne.

Le débat sur la nouvelle loi belge des jeux, qui ne permet qu’aux opérateurs de casinos terrestres d’offrir des services de jeux en ligne, pourrait arriver devant la Cour Européenne de Justice.

La nouvelle loi, qui devrait entrer en vigueur en janvier 2011, limite les services de jeu en ligne à certains opérateurs autorisés en Belgique qui coquettent avec l’idée de déménager en ligne. Selon Koen Platteau, associé au cabinet d’avocats Olswang, la justification du gouvernement pour ces mesures est la protection de l’intérêt public.

« L’approche belge des jeux en ligne n’est certainement pas unique dans l’UE », a précisé Platteau. « Il est important de souligner qu’il n’y aura pas de monopole en Belgique. Toutefois, un nombre limité d’opérateurs auront le droit d’offrir des jeux en ligne ».

Les actions du Parlement belge ont été critiquées par de divers organismes et opérateurs en ligne actifs dans toute l’Union Européenne. De plus, ils ont déposé une plainte auprès de la Commission Européenne.

« Ils affirment que l’exigence concernant l’activité au-delà de l’espace virtuel crée des obstacles dans le marché intérieur européen », a expliqué Platteau. « En particulier, ils invoquent les principes de la libre circulation des services et la liberté d’établissement. Fait intéressant, la Commission européenne a exprimé des préoccupations similaires lors de l’examen du projet de la Loi des Jeux belge. Cependant, le Parlement belge a adopté cette exigence sans tenir compte des commentaires de la Commission ».

La jurisprudence compte, cependant, quelques affaires en faveur de la Belgique. En particulier, l’arrêt de la Cour dans l’affaire  » Liga Portuguesa de Futebol/Bwin », où l’instance a statué que le monopole portugais sur les jeux en ligne était conforme au droit communautaire. Dans cette affaire-là, la Cour s’est référée à l’absence d’harmonisation au niveau de l’UE et aux risques de fraude et de criminalité, plus élevés dans les jeux de hasard en ligne. Dans des décisions ultérieures, la Cour a confirmé qu’en vertu de la législation communautaire actuelle, il n’est pas obligatoire que les Etats membres reconnaissent mutuellement les licences délivrées par les autorités nationales.

Platteau a poursuivi: « En raison de la jurisprudence de la Cour de Justice, il est plutôt probable que l’obligation d’avoir des activités dans les casinos traditionnels passe l’examen de la Cour ».

« Leur cas est maintenant entre les mains de la Commission Européenne », a ajouté M. Platteau. « Il n’y a pas de délai stricts. Si la Commission s’en tient à sa position antérieure et la Belgique ne change rien, il devra porter l’affaire devant l’instance. A ce stade, il n’est pas clair quelles sont les intentions de la Commission ».

0 

16septembre2010

L’Afrique du Sud commence la chasse aux casinos en ligne

Posté par corinne dans la catégorie Actualités; Législation jeux.

Dans la « bataille » menée entre le casino en ligne Piggs Peak, basé à Swaziland, et le gouvernement sud-africain, ce dernier prétend avoir pour seule motivation la protection de ses résidents. De son côté, le casino prétend avoir le droit de mener des activités en Afrique du Sud.

La Haute Cour de l’Afrique du Sud a statué que le casino Piggs Peak avait illégalement fonctionné en Afrique du Sud. Le casino a réagi à cette décision et a gagné le droit de faire appel, même si le gouvernement continue à soutenir que le site est illégal.

« Même si l’autorisation de pourvoi a été accordée par le tribunal, les jeux n’ont pas été testés par rapport aux normes sud-africaines et ils ne sont pas autorisés par les régulateurs sud-africains », a déclaré Lucky Lukhwareni, chef des services juridiques à la Commission de jeu de Gauteng.

Lorsque la décision a été arrêtée par le tribunal, des dizaines de casinos en ligne auraient arrêté leurs opérations en Afrique du Sud.

En Afrique du Sud, la Commission de jeu de Gauteng utilise des lois alternatives pour pourchasser les sites de jeu en ligne, pareillement à l’approche eue par les Etats-Unis ces dernières années. En l’absence de lois claires qui donnent une définition des jeux illégaux, les Etats-Unis comptent notamment sur la législation du blanchiment d’argent, pour talonner les opérateurs de jeux sur Internet.

0 

Menu



Calendrier

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  


Catégories

Liens, partenaires